AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Rachel DORANGE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
hermen
Membre actif


Nombre de messages : 3520
Age : 67
Localisation : 44
Date d'inscription : 05/06/2012

MessageSujet: Re: Rachel DORANGE   Dim 1 Juil - 20:59



Le départ de Potsdam pour Berlin de Rachel DORANGE d'après le film allemand avec Heinz RÜHMANN dans le rôle de "Der Eiserne GUSTAV" du prénom du vieux cocher berlinois qui, voyant passer Rachel et à qui Rachel aurait demander sa route, a eu l'idée de venir fêter son 70e anniversaire à Paris en 1928 avec son fiacre.

On en reparle ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hermen
Membre actif


Nombre de messages : 3520
Age : 67
Localisation : 44
Date d'inscription : 05/06/2012

MessageSujet: Re: Rachel DORANGE   Lun 2 Juil - 6:25



Le film retient l'hypothèse que Gustav HARTMANN a vu défiler Rachel DORANGE au milieu d'une foule enthousiaste au cours de la dernière étape Potsdam-Berlin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hermen
Membre actif


Nombre de messages : 3520
Age : 67
Localisation : 44
Date d'inscription : 05/06/2012

MessageSujet: Re: Rachel DORANGE   Lun 2 Juil - 6:50

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie G
Membre actif
avatar

Nombre de messages : 104
Age : 52
Localisation : 92
Date d'inscription : 29/06/2012

MessageSujet: Re: Rachel DORANGE   Lun 2 Juil - 13:02

Trés beau reportage , magnifiquement documenté. Un travail de fourmi ! Felicitations!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hermen
Membre actif


Nombre de messages : 3520
Age : 67
Localisation : 44
Date d'inscription : 05/06/2012

MessageSujet: Re: Rachel DORANGE   Lun 2 Juil - 13:59



Merci Marie G ... Rachel arrive à Berlin, voici l'itinéraire présumé.

Il me manque d'y avoir mis les sabots. Ca doit aussi difficile de franchir la Porte de Brandeburg à cheval maintenant que de contourner notre Arc de triomphe.

Il existe une "actualité" cinématographique allemande du vrai passage sous la Brandenburg Thor, filmée en 1927 donc, qui est stockée à Londres ...

Affaire à suivre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hermen
Membre actif


Nombre de messages : 3520
Age : 67
Localisation : 44
Date d'inscription : 05/06/2012

MessageSujet: Re: Rachel DORANGE   Lun 2 Juil - 15:46

Hans FALLANDA a écrit un roman, publié en 1943, qui peut être critiqué contradictoirement comme instrument de la "Propaganda staffel", mais qui narre l'arrivée de la jeune française à Berlin.

L'aventure de Gustav est le prétexte pour parler de la misère en Allemagne dans les années 20 et de la fin du cheval là-bas aussi pour cause d'expansion de l'automobilisme.

Ce roman a fait l'objet d'une série télévisée en Allemagne de l'Ouest dans les années 80, mais on n'y voit pas cet épisode.

Un universitaire allemand Dr Muller-Waldeck a essayé de faire la part de vérité entre mythe et réalité. L'ayant contacté l'an dernier, il était très heureux d'en apprendre un peu plus sur Rachel DORANGE qu'il avait essayé , en vain, d'identifier :



"LE VOYAGE A PARIS"

1

"... Tandis que le jeune Heinz Hackendahl découvrait un sens nouveau à la vie, une joie de vivre neuve, le vieil Hackendahl allait lui aussi vers une tâche nouvelle. Lui non plus ne l’avait pas sollicitée, elle se présenta à lui, il se trouva progressivement entraîné.



Au début, il y eut simplement ceci : à la gare de Wannsee, des curieux qui se pressent en groupes sombres ; des drapeaux aux couleurs allemandes et françaises flottent, il y a des militaires, une fanfare, et même un orateur harangue la foule…



De son siège, Gustave Hackendahl embrassait le spectacle, il vit une amazone en noir, montée sur un cheval bai. La femme lui sembla quelconque, de loin tout au moins, mais le cheval avait belle apparence.



Gentil, le bidet, pensa Gustave. Beaucoup trop bien pour une femme. Il m’conviendrait joliment pour mon fiacre.



Il s’informa auprès d’un chauffeur de taxi. « Que se passe-t-il donc ? »

- Voyons Gustave, répondit le chauffeur qui naturellement le connaissait, comme tous ses collègues de Berlin, tu tombes de la lune ? C’est la dame qui est venue à cheval de Paris, tu sais bien, pour nous rendre visite ? Oui, elle a fait ça, toujours à dada. Je n’aurais pas voulu être le dada, ni le postérieur de la dame, mais enfin, l’un et l’autre s’en sont heureusement tirés et on les fête.

- On les fête pourquoi ?

- Dis, Gustave, ta comprenette aurait besoin d’un électricien pour y voir clair ? Il pourrait d’ailleurs éclairer du même coup toute la ville de Berlin. Elle arrive de Paris à cheval, on te dit ! Voilà pourquoi on l’acclame. Tout ce long chemin, et sans quitter sa bête !

- Pour si peu ce tralala ? Mon vieux, j’en fais autant tous les jours avec mon Blücher. Et j’ai près de soixante-dix ans. S’il ne s’agit que de ça ? De Berlin à Paris, on le ferait à nous deux, hein, Blücher ?

- Alors, vas-y mon vieux, s’esclaffa le chauffeur et il cria à des camarades qui suivaient leur conversation : - Ecoutez ! Gustave veut aller en fiacre à Paris, qu’en dites-vous les amis ?

- Chic ! Gustave, vas-y !

- Ton Blücher aura les pieds chauds, Gustave !

- Avec un fiacre, c’est encore plus fort qu’à cheval !

- J’entends parler d’Paris. Tu parles d’un patelin bien connu de la banlieue, hein, Gustave ?

- Toujours de fer, Gustave ! Ils n’auront pas à te couler en bronze à Paris, ils te hisseront directement sur un socle, Gustave, tu tiendras !

- J’sais pas, dit Gustave Hackendahl étonné, pourquoi vous vous excitez. Vous voyez là quèque chose d’extraordinaire ? Si je voulais, je le ferais. Et je crois que je le peux…



Il regagna pensivement son fiacre, grimpa sur le siège et, de loin, assista aux phases de la réception. Un escadron de cavaliers accourut, salua l’amazone parisienne, l’enveloppa comme les nuages enveloppent le soleil, et le cortège fit route vers le cœur de la ville, musique en tête, parmi les « hourra ! ».



J’sais pas, pensa Gustave, si à Paris aussi ils ont des fiacres. Si oui, ça serait magnifique, cinquante fiacres massés ensemble ! Encore autre chose que leurs éternelles autos, on a l’impression que par devant, elles sont amputées, les gens diront ce qu’ils voudront…



Trois voyageurs le hélèrent, et il lui fallut suivre le cortège au trot.



Il les entendait causer derrière lui : « Chapeau bas devant cette femme ! – C’est une prouesse ! – Oui, les Français ! – Tu as vu ? elle est jaune comme un coing, mais éveillée comme pas une ! »



Et il pensa, à part soi, tout en maintenant son Noiraud au trot : « Voilà comment on pourrait parler de toi, Gustave ! ce ne serait pas tout à fait comme au temps de l’entreprise de voitures, il y a dans cette affaire un grain de folie ; mais ça me changerait de mes éternelles courses en fiacre, depuis bientôt quarante ans. Et si j’allais en France, je pourrais faire un bout de visite à Otto. Y a des moments où j’me dis qu’il n’était pas si nouille que ça, et il s’y connaissait pas mal en chevaux… »



Ainsi vagabondaient ses pensées, dans le sillage du cortège.



Quand il entendit monter les acclamations de la foule, quand il vit, vers la porte de Brandebourg, grossir l’attroupement des badauds enthousiastes, il pensa : « Gustav, ouvre l’œil, regarde bien… Y a là une idée à creuser… »

2



Sans doute Gustave-de-fer n’aurait-il jamais vu l’amazone parisienne sans sa fille Sophie. Elle l’avait mis dans l’obligation de reprendre son ancien métier de cocher de fiacre et l’idée germa en lui pendant une de ses courses quotidiennes, où il eût l’occasion de rencontrer la visiteuse française…"

Traduit de l'allemand par hermen !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hermen
Membre actif


Nombre de messages : 3520
Age : 67
Localisation : 44
Date d'inscription : 05/06/2012

MessageSujet: Re: Rachel DORANGE   Lun 2 Juil - 16:52

Une autre version de la même rencontre DORANGE-HARTMANN (HACKENDALL dans le roman de Fallanda), sans doute plus près de la réalité.

Excuses pour la mauvaise traduction et les incompréhensions. (Hilfen sie mich!):



D’après Gunnar MÜLLER-WALDECK

Der Eiserne Gustav, 2008,Das Neue Berlin, p.19-21.

"...Als der Eiserne im Jahre 1927 an einem regnerischen Novembertag wie immer in seinem Auslug am Bahnof Wannsee thront, nähert sich ihm von Glienicke her eine schnittige Reiterin mit weltläufiger Miene. Alors que le Eiserne trône comme d'habitude sur son siège , par un jour pluvieux de novembre, en 1927, à Bahnof Wannsee, une cavalière élégante d’allure mondaine s'en approche, venant de Glienicke.

Die Französin Rachel Dorange stellt sich dem verblüfften Alten vor und fragt nach dem kürzesten Weg ins Zentrum. La Française Rachel Dorange se présente au vieux ébahi et demande le plus court chemin pour le centre.

Bei einem kurzen Gespräch über das Woher und Wohin stellt sich heraus, dass Berlin für die Reiterin eine Zwichenstation auf ihrem Ritt von Paris nach Bucarest ist. Après une courte conversation sur la provenance et l’objectif, il se révèle que Berlin est une étape intermédiaire pour la cavalière sur son parcours à cheval de Paris à Bucarest.

(Andere nennen als Ziel Budapest, Warshau oder Berlin.) D’autres disent que le but est Budapest, Varsovie ou Berlin.)

Gustav offenbart sich spâter einem Reporter : “Als nu det schwarzhaarige Madameken an mir rankam un so mit die Reitpeitsche wippte, na, da aber Justav ! Runter von’n Bock, “Grossmutters Milchpott” inne Fingers jenommen un ihr bejrüssth !” Bongschur, Madameken ! “, ha’ck jesagt. Gustav confiera plus tard à un reporter : "Quand la dame aux cheveux noirs m’interrogea en balançant ainsi sa cravache, puisque cependant Justav! En bas von'n le tréteau (la bévue)," Grossmutters Milchpott "au-dedans du doigt » j’adressai un vous!" Bongschur, Madameken! ", ha'ck jesagt.

Wenn dit och alles is, was is von die franzessche Sprache kann, aber sie hat mir anjelacht und ihren “schang” kurz bei die Kandare je nomn’n. C’est tout ce qu’il pouvait dire en langue française, mais elle m’avait et les leurs "schang" bref au mors.

“Der Eiserne Gustav weist den Weg und last sich von der Dame namen und Adresse geben. Als sie sich entfernt, ruft der alte mann ihr kühr nach : “Also nächtes Jahr besuch ich Sie in Paris ! “"Eiserne Gustav indique le chemin et lit des noms et l'adresse que la dame donne. Quand elle s’éloigne, le vieil homme lui crie après :" L’an prochain je vous rends visite à Paris! "

Vielleicht hat er auch besonders vornehm formuliert : “besuch’ich Ihnen in Paris. Peut-être, qu’il a formuler aussi d’un ton particulièrement distingué : "je vous chercherai à Paris ».

“Ick hat er jedenfalls nicht gesagt, den – von der schönen Legende müssen wir endgültig Abschried nehmen – Gustav hat nicht berlinert, wie seine Enkeltochter sagen. "Au moins Il n'a pas prononcé « Ick », nous devons prendre définitivement congé de la belle légende, - Gustav ne « berlinait » pas ; sa nièce nous l’a dit.

"...Rachel Dorange ist für ein paar Tage Stadtgespräch, die Presse erwähnt den Fall, bei Hannemann wird das Gespräch ebenfalls darauf gekommen sein. On parle de Rachel Dorange en ville pendant quelques jours, la pressele mentionne, ces propos auront également pu donner l'idée à Hannemann.

Was son 25-jähriges Meechen schafft mit dem 16-jährigen Gaul, kann ich allemal “, soll Gustav geaüssert haben. Ce qu’une demoiselle d’environ 25 ans fait avec son cheval de 16 ans, je peux le faire ", Gustav dit l’avoir dit.

Top – die wette gilt, Hannemann setz einen sack Hafer dagegen. Si non, Hannemann dit avoir avoir parié un sac d’avoine"

Contrairement à ce que disent Fallanda et Müller-Waldeck, je peux attester que la rencontre en retour à Paris n'a pâs pu avoir lieu : Quand le vieux cocher Gustav est arrivé avec son fiacre et son vrai cheval Grasmus (un dérivé d'Erasmus!), Rachel était repartie depuis quelques jours avec Le Huppé pour un nouveau raid, Paris-Bucarest !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hermen
Membre actif


Nombre de messages : 3520
Age : 67
Localisation : 44
Date d'inscription : 05/06/2012

MessageSujet: Re: Rachel DORANGE   Lun 2 Juil - 17:08



CQFD !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hermen
Membre actif


Nombre de messages : 3520
Age : 67
Localisation : 44
Date d'inscription : 05/06/2012

MessageSujet: Re: Rachel DORANGE   Lun 2 Juil - 18:09

Arrivée du cocher berlinois à Paris

sur le site de l'Institut National de l'Audiovisuel - INA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ptitesirene
Admin
avatar

Nombre de messages : 5277
Age : 40
Localisation : 35
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: Re: Rachel DORANGE   Lun 2 Juil - 18:33

Je suis épatée par tout ce travail de documentation et de rehcerches qui relève presque de l'enquête policière.
C'est terriblement prenant !
Bravo et merci pour le partage de ces trouvailles !

_________________
Amazone indépendante je suis ...
Le blog de Bouchon et Le blog de Pounky

La sagesse, c'est d'avoir des rêves suffisament grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu'on les poursuit. O. Wilde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asidemaestro.canalblog.com/
hermen
Membre actif


Nombre de messages : 3520
Age : 67
Localisation : 44
Date d'inscription : 05/06/2012

MessageSujet: Re: Rachel DORANGE   Lun 2 Juil - 18:46

Merci P"titesirène ... Je ne veux pas abuser de l'hospitalité de ce forum, mais il me semble très pertinent pour réparer un oubli ou l'occultation de cette étonnante amazone ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ptitesirene
Admin
avatar

Nombre de messages : 5277
Age : 40
Localisation : 35
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: Re: Rachel DORANGE   Lun 2 Juil - 18:50

Pour des sujets comme cela il faut abuser du forum !!!
Ce serait tellement dommage de passer à côté de cette fantastique aventure (et aventurière) !

_________________
Amazone indépendante je suis ...
Le blog de Bouchon et Le blog de Pounky

La sagesse, c'est d'avoir des rêves suffisament grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu'on les poursuit. O. Wilde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asidemaestro.canalblog.com/
hermen
Membre actif


Nombre de messages : 3520
Age : 67
Localisation : 44
Date d'inscription : 05/06/2012

MessageSujet: Re: Rachel DORANGE   Lun 2 Juil - 19:06

A P'titesirène,chère voisine, (Je suis redonnais/ 44!)

Message bien reçu.

L'exercice me force à structurer la restitution donc à trier l'essentiel.

Les Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication permettent d'aller plus vite et plus loin dans les recherches et un petit coup de TGV à Paris dure à peine plus longtemps qu'un tour de périphérique ; sans stock, sans délais et sans coût (ou presque !)...

Ca étonnerait bien Rachel, mais elle aurait adoré ça, pour ce que je crois la connaître,elle qui prêchait déjà pour les déplacements "doux" !

Ses discours, notamment à l'occasion de l'Exposition Universelle à Barcelone en 1929, sont étonnament "écolos" ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hermen
Membre actif


Nombre de messages : 3520
Age : 67
Localisation : 44
Date d'inscription : 05/06/2012

MessageSujet: Re: Rachel DORANGE   Lun 2 Juil - 19:37



Pour les amazones de l'Ouest :
Voilà ce que nous aurions pu trouver dans le Ouest-France de l'époque, Ouest-Eclair le 19 octobre 1927 !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hermen
Membre actif


Nombre de messages : 3520
Age : 67
Localisation : 44
Date d'inscription : 05/06/2012

MessageSujet: Re: Rachel DORANGE   Lun 2 Juil - 20:23



Et le lendemain à la une !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hermen
Membre actif


Nombre de messages : 3520
Age : 67
Localisation : 44
Date d'inscription : 05/06/2012

MessageSujet: Re: Rachel DORANGE   Mar 3 Juil - 5:05

Devoir de vacances : retrouver les actualités cinématographiques allemandes que j'aimerais visonner ... à Londres ! :


"A cheval de Paris à Berlin ! Mademoiselle Lili* DORANGE arrète son raid épique dans la capitale."


Lili* ? : apparemment le diminutif du deuxième prénom de Rachel Léonie DORANGE !





VOLKSWOCHENSCHAU: VOLKSWOCHENSCHAU NR. 44


NFA Catalogue


"DEUTSCHER SÄNGER IM AUSLAND! DER BERKANNTE BARITONIST DER BERLINER STAATSOPER, KAMMERSÄNGER SCHLUSNUS, MIT SEINER GATTIN BEI DER ABREISE MIT DEM HAPAGDAMPFER 'ALBERT BALLIN'" (19). Heinrich Schlusnus, baritone of the Berlin State Opera, accompanied by his wife, departing on board the liner 'Albert Ballin', ending with a closeup of Schlusnus (44). "die AUFGEBLASENE KONKURRENZ! MASSENBALLONAUFSTIEG IN ST. CLOUD" (Cool. Mass balloon ascent at St. Cloud. Crowds inspect the balloons. Preparations completed, three of the balloons take off (72).

"ZU PFERD VON PARIS NACH BERLIN! FRÄULEIN LILLI DORANGE TRIFFT AUF IHREM DISTANZRITT PARIS-BERLIN IN DER REICHSHAUPSTADT EIN" (13). The French horsewoman Lilli Dorange stops in Berlin on her epic ride from Paris to Berlin and back. The film shows Mlle. Dorange with her horse Le Huppe at the Brandenburg Gate (41).

"SIE HABEN ES GESCHAFFT! DIE FRANZÜSISCHEN OZEANFLIEGER COSTS UND LE BRIX LANDETEN WOHLBEHALTEN IN BRASILIEN" (9). The French fliers Costes and Le Brix after landing in Brasil on the completion of their flight from Paris to Buenos Aires (176ft).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hermen
Membre actif


Nombre de messages : 3520
Age : 67
Localisation : 44
Date d'inscription : 05/06/2012

MessageSujet: Re: Rachel DORANGE   Mar 3 Juil - 7:50



La grande consécration, très chic, viendra d'un article publié dans "Le Sport Universel Illustré" (l'ancêtre de L'Eperon) avec un interview in situ, à Berlin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hermen
Membre actif


Nombre de messages : 3520
Age : 67
Localisation : 44
Date d'inscription : 05/06/2012

MessageSujet: Re: Rachel DORANGE   Mar 3 Juil - 8:15

Paris-Berlin à cheval

Article de H.T. in Le Sport Universel Illustré, n°1291, 2 décembre 1927, p.864.



L’AMUSANTE chevauchée ! Une jeune fille vient d’aller de Paris à Berlin et d’en revenir, comme on l’aurait fait il y a un siècle, en selle sur son cheval, Le Huppé, anglo-arabr bai brun âgé de quatorze ans.

C’est Mlle Dorange qui se signala par son brio à la dernière soirée de Molier.

La voici. Grande, mince, vigoureuse sous son tailleur sombre. Mlle Dorange bat des mains en apprenant qu’elle aura les honneurs d’une page du Sport Universel.

« Quelle joie pour moi « , dit-elle naïvement.

Ah ! Mademoiselle… Comme vous êtes encore jeune. Il ne faut jamais serendre à l’interview sans faire de façons. Non, non, je ne puis rien vous dire, rien dans les journaux… etc. Le reporter connait si bien l’antienne qu’il sait par cœur ces phrases rituelles de tout début d’enquête et les réponses qu’il convient de leur faire. Et c’est si vrai que, quand l’interviewé déclare bonnement sa joie au lieu de la tenir secrète, le journaliste est tout décontenancé.

C’est ce qui m’arrive et j’entre maladroitement dans le vif du sujet :

« Quand Mademoiselle, avez-vous quitté notre capitale sur le Huppé, tel d’Artagnan sur son roussin, sa Gascogne natale ? »

Légèrement interloquée, Mlle Dorange me toise.

« Mais, monsieur, le 30 Août dernier. Tous les journaux l’ont porté à la connaissance de tout Paris. »

Toujours les belles illusions de la jeunesse !



à suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hermen
Membre actif


Nombre de messages : 3520
Age : 67
Localisation : 44
Date d'inscription : 05/06/2012

MessageSujet: Re: Rachel DORANGE   Mar 3 Juil - 9:05

suite :

... Quand Mlle Dorange aura quelques années de plus, sans, pour cela cesser d’être une jeune femme, elle mesurera à sa juste valeur l’éphémère durée des lauriers que décerne la presse, voire même le cinéma, où elle se fait une autre joie d’apparaître, avec son cher compagnon, aux yeux des foules, mi-éblouies, mi-goguenardes.

M’excusant d’avoir oublié ce petit point d’histoire, je demande à la cavalière quelques détails sur son équipement.



  • Rien de spécial. J’avais une robe d’amazone, une blouse de tous les jours. Sans oublier un imperméable qui en a vu de dures. Dans une petite valise, j’avais une robe de soirée, des objets de toilette, un peu de linge. Dans une musette, les instruments de pansage de Le Huppé…

  • Quel était le poids total de la charge y compris votre propre poids ?

  • Environ quatre-vingt-dix kilos.

  • Quel fut votre itinéraire, au départ de Paris ?

  • Le chemin des écoliers. Au lieu de piquer droit sur Berlin, je me dirigeai par Soissons, sur la Belgique. Après un crochet sur Spa, je passai sur Bruxelles, Anvers. J’entrai en Hollande, visitai successivement Rotterdam, La Haye, Utrecht, Arnhem ; puis, par Oldenzaal, je gagnai l’Allemagne et pris la route de Berlin. A Osnabrück, je dus m’arrêter trois jours, malade d’un empoisonnement…

  • Quoi ? Quelque concurrente jalouse, peut-être ?

  • - Non, simplement une indigestion de poisson de fraîcheur douteuse . Je repars et couvre en deux jours les étapes Osnabrück-Minden (66 kilomètres) et Minden-Hanovre (70 kilomètres). Là, Le Huppé tombe malade, à son tour. Il s’agit d’un froissement musculaire dû au déséquilibre qu’entraine , pour le cheval, la monte en amazone. Je laisse reposer Le Huppé quelques jours, pars pour Berlin où je suis admirablement secourue par M. de Margerie, la colonie française et la population indigène. Je retourne chercher Le Huppé, achète une selle d’homme et, pour la première fois de ma vie, monte à califourchon. Parvenue à quelques kilomètres de Berlin, je replace ma selle de dame sur le dos de mon brave petit cheval et fais mon entrée dans Berlin. Entrée triomphale, puisque je passe sous la Brandeburger Thor aux cris de « Vive Fräulein Paris-Berlin ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hermen
Membre actif


Nombre de messages : 3520
Age : 67
Localisation : 44
Date d'inscription : 05/06/2012

MessageSujet: Re: Rachel DORANGE   Mar 3 Juil - 12:16



en tenue de ville à Berlin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hermen
Membre actif


Nombre de messages : 3520
Age : 67
Localisation : 44
Date d'inscription : 05/06/2012

MessageSujet: Re: Rachel DORANGE   Mar 3 Juil - 14:56

suite ...

« Mon voyage de retour, je l’ai accompli plus directement par Magdebourg, Cologne, Liège et Paris.

Quelle fut, mademoiselle, la longueur moyenne de vos étapes ? trente ou quarante kilomètres ?

Monsieur, vous m’insultez ! »

Mademoiselle Dorange a magnifiquement lancé l’apostrophe. Nos meilleures tragédiennes professionnelles ne se seraient pas mieux drapées dans une symbolique dignité…

« Sachez, monsieur, reprend-elle, que je ne considérais comme une étape qu’un parcours d’au moins cinquante kilomètres.

Si je ne suis arrivé à La Haye, avec un sérieux détour, que quinze jours après mon départ de Paris, c’est parce que je m’arrêtais, selon ma fantaisie, un jour ou deux dans les villes qui me semblaient intéressantes à visiter. C’était du tourisme que je voulais faire et non pas un raid à durée limitée.

Les 2 500 kilomètres que j’ai totalisés sur le dos de Le Huppé, je les ai faits en moins de 50 journées bien que mon voyage se soit prolongé pendant près de trois mois. »

Une pause …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hermen
Membre actif


Nombre de messages : 3520
Age : 67
Localisation : 44
Date d'inscription : 05/06/2012

MessageSujet: Re: Rachel DORANGE   Mar 3 Juil - 15:04

suite :

Ayant récupéré tout son calme, l’écuyère reprend sur le ton de la confidence :

« Je vais vous dire quelque chose qu’il faudra garder pour vous. Vous le promettez ? Oui ? Non ? … enfin, je vais vous le dire tout de même… »

(Mlle Dorange commence à s’assimiler les lois du code de l’interview.)

N.B. : CE QUE VA DIRE RACHEL DORANGE, REPRIS SOUVENT PAR LA PRESSE, CONTRIBUERA PEUT-ETRE A "LA FIN DES AMAZONES" ... ça se discute... !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hermen
Membre actif


Nombre de messages : 3520
Age : 67
Localisation : 44
Date d'inscription : 05/06/2012

MessageSujet: Re: Rachel DORANGE   Mar 3 Juil - 16:49

« Eh bien !... voilà… J’aurais fait beaucoup mieux si j’avais accompli tout le parcours à califourchon, pouvant marcher à côté de mon cheval pour le délasser, de temps à autre, comme cela se pratique dans tous les raids. Mais avec cette monte en amazone, on a toujours peur de descendre, ne sachant comment remonter, si l’on est seule sur la route. Allez donc demander une chaise à un paysan à un paysan hollandais ou allemand dont vous ignorez la langue. On est vissée sur la selle du départ à l’arrivée… Ce n’est pas toujours drôle, croyez-moi… »

Mlle Dorange vient d’exécuter la monte en amazone qui était admissible pour des dames suivant des chasses à courre, escortées de cavaliers empressés et nombreux. La monte en amazone allait avec la mode des cheveux longs. A notre époque de garçonnes alertes, qui font du sport à la manière masculine, nos demoiselles à têtes rases doivent monter comme les hommes. Ainsi, elles pourront se risquer seules, par les routes sur un cheval comme dans leurs quarante chevaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hermen
Membre actif


Nombre de messages : 3520
Age : 67
Localisation : 44
Date d'inscription : 05/06/2012

MessageSujet: Re: Rachel DORANGE   Mar 3 Juil - 20:01

... Reprenons le questionnaire.

« Comment avez-vous été reçue dans les pays que vous avez traversés ?

Avec sympathie en France, avec enthousiasme en Belgique où les paysans m’offraient du café, avec amabilité en Allemagne, surtout à Berlin où je fus conviée à toutes les fêtes équestres.

Je n’ai qu’un souvenir désagréable : celui des enfants hollandais qui m’escortaient en troupes railleuses, n’ayant sans doute jamais vu d’amazones, et qui m’effrayaient par leurs clameurs le pauvre Le Huppé.

Cet âge est sans pitié. Il faut leur pardonner, mademoiselle. Consolez-vous en pensant que dans cent ans, les petits hollandais accueilleront de même la dernière automobiliste attardée dans le siècle de l’aviation ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hermen
Membre actif


Nombre de messages : 3520
Age : 67
Localisation : 44
Date d'inscription : 05/06/2012

MessageSujet: Re: Rachel DORANGE   Mar 3 Juil - 20:04

Ultime question : votre randonnée a-t-elle été réellement une performance sportive, où l’effort physique a côtoyé parfois la souffrance ?

Mlle Dorange se lève et, scandant les mots :

« Monsieur, vous pouvez croire que, bien souvent, j’ai été aux limites de mon endurance, hantée par la tentation d’abandonner, de tout planter là. Ruisselante de pluie, sous mon imperméable qui finissait par être transpercé, je marchais vers l’étape, comme une machine à moitié détraquée. Pourtant, je n’ai jamais manqué, ayant mis pied à terre, d’accomplir les gestes rituels du cavalier et de faire pansage à Le Huppé avant de songer à faire ma propre toilette. Si c’était pénible … Ah ! certes… »

On le voit, Mlle Dorange a eu quelque mérite à ressusciter très sportivement le mode de locomotion que nos pères employaient par nécessité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rachel DORANGE   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rachel DORANGE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 10, 11, 12  Suivant
 Sujets similaires
-
» Rachel DORANGE
» Rachel DORANGE, raid équestre Paris-Rome 1935.
» Rachel DORANGE, 2e Raid Hippique féminin Paris-Cannes
» Rachel DORANGE, Paris-Barcelone 1929
» Rachel DORANGE et les Paris-Cannes féminins

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Ama - Zone :: Ama- Zones :: Parlons Chiffons-
Sauter vers: